Carlit.net, le site de Pierre Baco
Accueil Le logiciel libre, c'est quoi? Infos sur le Matériel Liens Utiles
Collectivites
Les Pyrénées-Orientales comptent 226 communes, dont 178 de moins de 2000 habitants et 46 entre 2000 et 10.000 habitants. Dans chacune d'elles, les élus qui nous représentent et le personnel municipal gèrent la plupart des aspects de notre vie quotidienne locale, qu'il s'agisse d'infrastructures ou de services, sans oublier les écoles maternelles et primaires.

A tous les points de vue, la commune reste la forme de collectivité publique la plus proche des citoyens que nous sommes.
Que vous soyez élu(e) ou employé(e) par une collectivité locale de notre  région, les paragraphes suivants vous donneront quelques précisions sur ce que je peux apporter à votre commune.
MON OFFRE: A l'occasion de notre première rencontre, je vous propose de réaliser un AUDIT COMPLET du système informatique de votre commune, gratuitement et sans engagement de votre part:
- Plate-forme matérielle (PCs, réseau, périphériques...)
- Systèmes d'exploitation et logiciels installés
- Licences d'utilisation et contrats d'assistance/maintenance
- Sécurité du système (accès, confidentialité, sauvegarde)
- Améliorations techniques et économiques envisageables.

La lecture d'une page Web ne pouvant jamais remplacer le contact direct, je vous invite également à me contacter par e-mail en cliquant ICI ou par téléphone (06.30.58.69.29).

En quoi puis-je aider votre commune ?

Si je suis un professionnel de l'informatique, je suis d'abord un citoyen. Pour moi, participer à la vie de la collectivité, c'est aussi mettre mes compétences techniques au service des communes de ma région, et en particulier des petites et moyennes collectivités ne disposant pas de personnel spécialisé ou dédié à l'informatique. 

Pour ce faire, je propose donc un ensemble de prestations de conseil, d'assistance-maintenance et de maîtrise d'oeuvre dont les principaux objectifs sont: Retour Haut de page

Prévenir les problèmes.

Gérer un parc de micro-ordinateurs peut s'avérer rapidement très coûteux si l'administration et la maintenance ne sont pas correctement organisées, pour le matériel comme pour le logiciel. 

Pour éviter les urgences, il existe des méthodes préventives qui réduisent sensiblement les risques liés à l'exploitation d'un parc informatique de petite ou moyenne dimension. Bien entendu, je reste disponible pour une intervention rapide sur site en cas d'incident.

Toutes ces prestations sont proposées sous forme de contrats modulables (choix des options, nombre de postes, fréquence de passage), ou sous forme d'interventions ponctuelles facturées à l'unité. Au niveau logiciel, toutes les combinaisons de systèmes et d'applications Windows et Linux disponibles peuvent être prises en compte.

Retour Haut de page

Anticiper, réaliser et valider vos projets.

Qu'il s'agisse de remplacer du matériel ancien, de changer de logiciel, d'installer de nouveaux équipements et programmes pour répondre à une augmentation des besoins ou à une amélioration des services, votre commune doit faire des choix techniques souvent complexes et parfois longtemps à l'avance.

Que faut-il vraiment ? Quand ? Où le trouver ? Est-ce bien la solution adaptée ? Quel budget faudra-t-il ? Et ensuite ? Est-ce bien ce qui était demandé ?

Rédiger un appel d'offres peut donc s'avérer bien difficile pour un non spécialiste et dépouiller les réponses plus encore. Quant à vérifier la solution retenue et installée, on s'aperçoit parfois trop tard qu'elle n'était pas la bonne.

Sans un partenaire professionnel à vos côtés, capable d'examiner objectivement la situation pour réaliser ensuite un véritable cahier des charges, ces questions sont bien souvent déléguées à ceux qui fourniront ensuite produits ou services, et dont les préoccupations ne sont pas nécessairement celles de la collectivité qui les paye. Que croyez vous que certains fournisseurs vous répondront si une étude préalable et indépendante ne vous permet pas de vous en apercevoir ?

Même si je peux me charger de fournir directement n'importe quel matériel ou logiciel, je préfère sélectionner pour vous les meilleurs fournisseurs de matériel et de logiciel. Ceci évite la confusion entre les rôles du prescripteur-consultant et celui du fournisseur, souvent source de problèmes ultérieurs.

Ainsi, lorsque les produits commandés auront été livrés et installés, il sera plus efficace de faire vérifier leur conformité (recette) par un partenaire n'ayant aucun intérêt associé à ceux du fournisseur.

De l'installation d'un seul ordinateur au déploiement d'un intranet complet, de l'achat d'un simple traitement de texte à la mise en route d'une application métier critique, tous les projets méritent qu'on leur prête attention. Quel que soit celui de votre commune, je peux contribuer à sa réalisation en vous aidant à mieux le définir, vérifier qu'il soit en adéquation avec vos vrais besoins et contrôler son achèvement dans les meilleures conditions techniques et économiques.

Retour Haut de page

Favoriser l'utilisation des logiciels libres dans les collectivités.

Note: Pour une définition plus complète du logiciel libre, voir "Le logiciel libre, c'est quoi ?".

Pourquoi: les différences entre libre et non libre.

Aujourd'hui, votre commune utilise certainement des logiciels non libres (appelés aussi "logiciels propriétaires"), comme Windows et ses applications Word, Excel, Explorer, Outlook, ou des progiciels spécifiques aux différents "métiers" de la collectivité (gestion, paye, état-civil, cadastre, élections, voirie, relations avec les citoyens, etc).

Pour utiliser ces logiciels non libres, vous devez accepter les termes de leur licence d'exploitation: A l'opposé, un logiciel est dit "libre" lorsque ses auteurs ont décidé de le diffuser selon les termes d'une licence qui permet: Les droits sur un logiciel libre sont donnés à tous et ne peuvent être supprimés ou réduits par personne: une fois donnée, la liberté devient héréditaire.

Libres ou pas, les logiciels sont régis par le droit d'auteur (Copyright). Mais les auteurs de logiciel libre, eux, pensent que leurs droits ne doivent pas aller à l'encontre des vôtres, et que la valeur de leur création est dans son utilité pour vous, pas dans son prix. Pour affirmer cette volonté, ils utilisent principalement la licence GNU-GPL, (Licence Publique Générale GNU), rédigée par la Free Software Foundation, qui reprend point par point les droits cités plus haut.

L'autre différence fondamentale entre logiciel libre et non libre se retrouve dans leurs méthodes de développement. Les logiciels libres sont développés en coopération ouverte, sous forme de projets gérés par des équipes spécialisées et dont le code source est accessible à tous, chacun étant libre d'y contribuer à son niveau et selon ses compétences, de la conception jusqu'à la mise au point. Ainsi les évolutions et les corrections sont mieux réalisées, immédiatement disponibles et  réutilisables ailleurs. La disponibilité permanente du code source assure enfin leur pérennité.

Retour Haut de page

Opposés, mais pas incompatibles.

Logiciels libres et logiciels non libres s'opposent sur les droits qu'ils vous accordent (ou pas), et sur leurs méthodes de développement. Malgré ces différences fondamentales, ils restent techniquement compatibles: Installer des logiciels libres ne remet donc pas en cause votre système informatique. De même, votre pratique des logiciels non libres est immédiatement réutilisable avec leurs équivalents libres.

Retour Haut de page

Quelques exemples de logiciel libre.

Les logiciels libres les plus connus sont: Ils font partie d'une bibliothèque de milliers de programmes libres qui s'enrichit chaque jour, dans tous les domaines, et utilisés sur des millions d'ordinateurs.

Pour plus d'informations, consultez la page "Liens Utiles".

Retour Haut de page

Le Logiciel Libre dans les Collectivités et l'Administration Publique.

Plusieurs gouvernements nationaux encouragent l'usage de logiciel libre dans l'administration publique, pour des motifs: L' UNESCO soutient également des projets libres, auprès de pays en voie de développement ou dans le domaine de l'éducation. Et la Communauté Européenne a publié un "Guide de Migration vers l'Open Source"  (l'autre "nom" du logiciel libre), téléchargeable ici (fichier PDF, 978Ko).

En France, L'ADAE (l'Agence pour le Développement de l'Administration Electronique) a publié un rapport en ce sens. Certains ministères (notamment ceux de l'intérieur et de la défense), et autres services publics ont entamé la migration de leur parc informatique vers des solutions libres.

Au niveau local et régional, de nombreuses communes et collectivités utilisent et développent des logiciels libres pour répondre aux besoins spécifiques de leurs employés et de leurs administrés, en diffusant leurs applications sous licence libre (la licence GNU-GPL).

Ces communes partagent ainsi leur savoir-faire avec d'autres et construisent un patrimoine informatique public réutilisable partout. Plusieurs de ces collectivités (communes, communautés d'agglomérations, conseils généraux et régionaux) sont regroupées au sein de l'ADULLACT, l'Association des Développeurs et Utilisateurs de Logiciel Libre dans l'Administration et les Collectivités Territoriales.

Comme son nom l'indique, l'ADULLACT a pour but d'encourager l'usage du logiciel libre dans les collectivités, non seulement par ses actions de promotion et d'information, mais aussi en recensant les applications "métier" libres existantes, pour en faire une véritable bibliothèque prête à l'emploi. L'ADULLACT s'efforce également de mettre en place de nouveaux projets libres spécifiques aux différents métiers du service public, projets qui seront mutualisés au niveau des compétences, des ressources et des moyens nécessaires, dans un esprit de coopération et de solidarité avec l'ensemble des collectivités.

Dès à présent, votre commune peut bénéficier des solutions libres existantes, et participer à son niveau à l'élaboration de nouveaux projets utiles à tous. Utiliser du logiciel libre c'est déjà participer au succès de ses valeurs.

Retour Haut de page

Le Logiciel Libre dans les Ecoles.

L'éducation est aussi un domaine où le logiciel libre offre de nombreux avantages. Certaines académies encouragent ou étudient de très près les réalisations développées avec des logiciels libres, tant au niveau administratif que pédagogique. Enseignants, pédagogues, personnel administratif et développeurs ont participé à la conception de ces produits libres largement répandus.

Plusieurs solutions "prêtes-à-l'emploi" existent, la plus connue étant ABULEDU, déployée dans des dizaines d'écoles françaises. D'autres associations participent également au déploiement de solutions libres dans les écoles et collèges, comme SCIDERALLE.

Chargées du financement des écoles primaires et maternelles, les communes ont tout interêt à déployer de telles solutions. Fiabilité, frais d'installation (et de fonctionnement !!) réduits, simplicité d'usage (pour les élèves comme pour le personnel enseignant), ouverture et richesse de l'offre sont autant d'avantages des solutions libres sur des configurations "propriétaires".

Retour Haut de page

Passer au Logiciel Libre: Quand, comment ?

Changer pour une meilleure solution est une démarche évidente. Mais si votre commune souhaite bénéficier au plus tôt des avantages éthiques, techniques et économiques du logiciel libre, elle doit néanmoins prendre en compte sa situation présente: Aucun de ces points ne représente un obstacle insurmontable s'il est correctement abordé. Passer au logiciel libre ne doit pas être une révolution, mais une évolution réfléchie et planifiée, au rythme qui convient à chacun, et sans complication supplémentaire pour les utilisateurs.

Cette "migration" vers le libre peut être envisagée à tout moment: Si vous avez un réseau interne, les serveurs peuvent être les premiers éléments à "migrer", car ce changement n'a que peu (voire aucun) impact sur les stations de travail. Très sécurisés et moins "gourmands" en mémoire, les serveurs fonctionnant sous Linux + Samba apportent une fiabilité bien supérieure aux solutions équivalents sous Windows, et pour une fraction de leur prix (correspondant au coût initial d'installation, pas aux licences ni aux frais récurrents de fonctionnement considérablement réduits).

On pourra continuer sur les stations de travail Windows. Par exemple on remplacera par des logiciels libres le navigateur Internet, la messagerie, les applications multimédia, voire toute la bureautique (MS Office -> OpenOffice), tout en restant sous Windows pour continuer à exploiter vos anciens logiciels.

Quand on connaît le prix d'un Pack MS-Office pour chaque poste, et les risques contractuels liés à l'utilisation de "copies illégales", OpenOffice s'avère être la meilleure solution.

Cette étape est importante, car elle influe directement sur les méthodes de travail des utilisateurs (changement d'habitudes). Le dialogue avec les utilisateurs doit être permanent. Selon les logiciels libres installés, une petite formation peut être envisagée, ainsi qu'une étude d'impact sur les données existantes (notamment les formats de fichiers).

Pour la commune et ses employés, cela représente déjà un progrès sensible: Après cette période de transition, on pourra passer à des migrations plus importantes, comme le remplacement complet du système d'exploitation et des ses applications par des solutions libres.  Retour Haut de page

Encourager les projets coopératifs et mutualisés.

Selon les besoins de la commune et de la disponibilité d'applications "métier" libres, d'autres projets plus avancés pourront être envisagés. A ce stade, la coopération avec d'autres communes et associations comme l'ADULLACT ne pourra qu'améliorer les résultats et bénéficier à l'ensemble des collectivités ayant des besoins similaires.

En mutualisant leurs efforts, de l'expression des besoins (cahiers de charges communs) aux moyens (techniques, humains ou financiers), les collectivités ont tout à gagner à (faire) développer ou (faire) adapter des solutions libres: Retour Haut de page

Informer, transmettre.

L'informatique n'est pas un but en soi, mais une technique de traitement de l'information, un outil. Concevoir des outils sophistiqués peut être très complexe et requérir des compétences importantes. C'est le rôle des professionnels: concepteurs, développeurs, techniciens...

Pour autant, les utilisateurs doivent posséder tous les éléments pour bien choisir et utiliser ces outils.

Choisir une solution, c'est s'engager sur le long terme, sur des techniques, des méthodes, des produits, des partenaires....et des budgets
.

Par sa transparence, le modèle du logiciel libre donne accès à toutes les informations nécessaires pour que l'utilisateur reste maître de son système informatique, du code source jusqu'aux manuels. Choisir le logiciel libre c'est aussi garder son indépendance.

Afin de vous aider dans cette direction, je reste disponible pour :
Retour Haut de page
© Carlit.net - Pierre Baco. 2 rue de la Cuverie. 66670 BAGES. Tel: 06.30.58.69.29 - RCS Perpignan 404 143 992 Valid HTML 4.01! Valid CSS!
21-05-2019 - 03:01 - 54.167.47.248